Consommation d’engrais et bilan d’azote

Dernière mise à jour  :  16 janvier 2018

Les engrais azotés et phosphorés favorisent la croissance des cultures, mais ils peuvent avoir des impacts négatifs  sur l’environnement, en particulier sur la qualité des eaux (dépassement des normes de potabilité, eutrophisation) lorsqu’ils sont appliqués en quantités excédentaires par rapport aux besoins des plantes.

Réduction de la consommation d’engrais en Wallonie

Entre 1995 et 2014, la quantité moyenne d’azote minéral (N minéral) appliqué sur les sols agricoles wallons est passée de 127,0 kg N/ha de SAU à 103,6 kg N/ha de SAU (- 18,4 %) tandis que la quantité moyenne de phosphore minéral (P minéral) est passée de 42,0 kg P2O5/ha de SAU à 14,9 kg P2O5/ha de SAU (- 64,5 %). En 2014, les quantités de N minéral épandues en Wallonie étaient cependant presque deux fois plus élevées que la valeur moyenne européenne (UE-27(a) : 53,5 kg N/ha en 2012[1]), alors que c’était l’inverse pour le P minéral (UE-27(a) : 25,3 kg P2O5/ha en 2012[1]). Les apports moyens de N organique issu des effluents d’élevage sont quant à eux en baisse depuis 1995, passant de 105,4 kg N/ha de SAU à 89,8 kg N/ha de SAU en 2014 (- 14,8 %). Cette diminution s’explique essentiellement par la diminution du nombre total de bovins en Wallonie q. Les apports d’engrais azotés totaux  (N minéral et organique) ont ainsi diminué de 16,8 % en Wallonie  entre 1995 et 2014, passant de 232,4 kg N/ha de SAU à 193,4 kg N/ha de SAU. Cette réduction du N total et du P minéral résulte principalement de la hausse du prix des engrais[2], de la réduction du nombre de bovins q, d’une gestion plus raisonnée des fertilisants et de la mise en application du Programme de gestion durable de l’azote en agriculture (PGDA)[3].

Baisse du surplus d’azote dans les sols agricoles

Le stock de N présent dans la zone racinaire des sols agricoles sous forme de NO3-, assimilable à un surplus non consommé par les cultures, a diminué de 28 % entre 1995 et 2014, passant en moyenne de 53,6 kg de N/ha de SAU à 38,6 kg de N/ha de SAU, une quantité qui équivaut à un cinquième des apports  annuels de fertilisants azotés totaux. Cette évolution à la baisse se marque aussi au niveau des principaux paramètres d’entrée et de sortie du bilan azoté des sols agricoles, qui présente un solde négatif ces 14 dernières  années, laissant ainsi entrevoir un déstockage progressif du surplus d’N encore présent dans les sols. Pour la période 2011 - 2014, le bilan azoté présentait encore un solde négatif mais moindre que pour les deux périodes précédentes.

Encourager les biodéchets comme engrais organiques ?

Un projet de règlement européen q visant à encourager l’utilisation de fertilisants produits à partir de biodéchets est en discussion. La Wallonie tente de le faire évoluer pour  remédier : (i) à des exigences insuffisantes en matière de qualité, de contrôle et de traçabilité des produits, ainsi que de responsabilité du producteur, (ii) à l’absence de prise en compte de la capacité des sols à recevoir de tels produits et (iii) au risque de mise à mal du PGDA par la libre circulation de matières organiques azotées faisant concurrence à celles produites localement.

 


[1] Pas de donnée disponible pour 2014

[2] Le prix des engrais minéraux manufacturés a augmenté de 58,8 % entre 2005 et 2014 (SPF Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie, 2016)(b), à cause de l’augmentation des coûts énergétiques de production et de la raréfaction de certaines matières.

[3] Plus d’info dans l’AGW du 13/06/2014 q et dans l’indicateur relatif au programme de gestion durable de l’azote en agriculture q

 

Consommation d'engrais et stock d'azote dans les sols agricoles en Wallonie

 

REEW - Sources: SPW - DGO3 - DEMNA; Ulg GxABT - Unité Systèmes Sol-eau (modèle EPICgrid)

Bilan azoté des sols agricoles en Wallonie

REEW – Source : ULg GxABT - Unité Systèmes Sol-eau (modèle EPICgrid)   

c276b32f-0e48-4d19-8936-2f69ee3759f5

Évaluation

Évaluation non réalisable
  • Pas de référentiel
  • Le stock de N présent dans la zone racinaire des sols agricoles sous forme NO3- devrait tendre vers 0 en l’absence de surplus par rapport aux besoins des cultures. En 2014, le surplus de N encore présent dans les sols agricoles (38,6 kg N/ha de superficie agricole utilisée) représentait en moyenne 20 % des apports annuels d’engrais azotés totaux à l’échelle de la Wallonie.

 

Évaluation non réalisable

L’ensemble des indicateurs présentés (apports d’engrais organique et minéraux, stock de nitrate dans la zone racinaire, solde de la balance azotée…) pourraient indiquer une amélioration sur les périodes de temps considérées (1995 - 2014, 1971 - 2014). Les variations interannuelles restent cependant trop importantes pour l’affirmer.