Consommation d’énergie de l’industrie

Historiquement énergivore, l’industrie extractive et manufacturière wallonne a vu sa consommation finale d’énergie baisser fortement dans les années 2000. La crise économique et en particulier son impact sur la filière sidérurgique à partir de 2009 a accéléré sa mutation vers des filières moins énergivores. L’industrie, avec 35 % de la consommation totale d'énergie(a), restait cependant le premier secteur consommateur d’énergie finale en Wallonie en 2016, devant les secteurs du transport et du résidentiel.

Émissions de polluants atmosphériques de l'industrie

Certains polluants atmosphériques (gaz à effet de serre (GES), précurseurs d’ozone, substances acidifiantes, particules, éléments traces métalliques (ETM)…) sont émis en quantités importantes par l’industrie extractive et manufacturière[1] en Wallonie. Plusieurs mesures ont été prises pour que l'éco-efficience de ce secteur s’améliore, notamment par une baisse des émissions de polluants atmosphériques tout en maintenant ou en augmentant la productivité.

Consommation d’eau et rejets d’eaux usées de l’industrie

L’eau intervient dans la plupart des procédés de fabrication industrielle. Les usages sont fort variés, ce qui entraîne des contraintes de quantité et de qualité qui orientent le choix du type d’eau à utiliser (eaux brutes, eau de distribution). Une fois utilisée, une part importante des volumes consommés est rejetée dans l’environnement, d’où la nécessité de maîtriser la pollution qui peut en découler.

Génération de déchets industriels

L’activité du secteur industriel génère des déchets. Ces déchets entraînent un coût économique et une perte de ressources naturelles tant en termes de matières que d'énergie. Les déchets industriels comprennent les déchets liés aux procédés de production mais aussi à des activités connexes (entretien des installations, bureautique, conditionnement…). Dans une logique d’économie circulaire, les établissements industriels essayent de promouvoir de plus en plus l’utilisation de déchets comme sous-produits ou matières premières.

Charges polluantes déversées dans les cours d’eau

L’introduction excessive dans les eaux de surface de matières organiques, d’azote, de phosphore et de divers micropolluants (éléments traces métalliques, pesticides…) est une des causes principales du mauvais état écologique de certains cours d’eau. Ces apports résultent essentiellement de rejets directs d’eaux usées et du ruissellement sur des terres agricoles, des sols pollués ou d’autres types de revêtements (voiries, toitures...).

Permis d’environnement et études d’incidences sur l’environnement

En Wallonie, le permis d’environnement constitue l’autorisation indispensable pour exploiter un établissement susceptible d’avoir des impacts néfastes sur la santé humaine ou sur l’environnement (émissions de polluants atmosphériques, rejets d’eaux usées, bruit, odeurs, génération de déchets…). Lorsqu’un projet nécessite simultanément un permis d’environnement et un permis d’urbanisme, il fait l’objet d’une demande de permis unique.

Investissements et dépenses environnementaux des entreprises

L’application du principe du "pollueur-payeur" amène les entreprises à réaliser différents types d’investissements et de dépenses relatifs à la prévention, à la lutte contre les pollutions, voire dans certains cas à l’intégration de la protection de l’environnement dans les modes de production. Ces investissements et dépenses font l’objet d’un suivi au niveau européen au sein des comptes économiques de l’environnement q.

Sites industriels à risque et à fort potentiel de pollution

Certaines activités de nature industrielle sont identifiées comme étant à fort potentiel de pollution ou susceptibles d’être à l’origine ou d’accroître le risque d’un accident majeur dont les conséquences pourraient être néfastes pour l’environnement et/ou la santé humaine. Ces installations, soumises à une surveillance rigoureuse, font l’objet de législations spécifiques mettant notamment l’accent sur les mesures de prévention et la diffusion d’informations auprès du public.

Accords de branche (énergie)

Les accords de branche font partie des outils mis en œuvre pour limiter les impacts environnementaux liés à la consommation d’énergie. Il s’agit de partenariats volontaires conclus entre la Wallonie et différentes fédérations du secteur industriel, qui portent sur l’amélioration des performances en matière d’efficacité énergétique et de baisse d’émissions de CO2 par les entreprises.

question-circle.svg

Vous n'avez pas trouvé ce que vous cherchez ?

Revenir aux thématiques