Découvrez nos indicateurs environnementaux

 

REEW2017-198h.jpgBienvenue sur le site de l'État de l'environnement wallon consacré à la synthèse et à la diffusion de l'information environnementale disponible en Wallonie. Chaque sujet traité est illustré par un ou plusieurs indicateur(s) à caractère environnemental, socioéconomique, administratif ou sanitaire, permettant de faire le point sur la situation et les performances environnementales de la Wallonie. Le site donne par ailleurs accès aux rapports sur l'état de l'environnement wallon, dont le Rapport sur l'état de l'environnement wallon 2017, ainsi qu'aux rapports relatifs aux études menées pour la collecte de nouvelles données, l'établissement ou la mise à jour d'indicateurs ou encore l'exploration de thématiques environnementales émergentes. Un lien permet également un accès au site thématique consacré au bilan environnemental des entreprises.

 

En Savoir Plus

Conformité des eaux de distribution vis-à-vis des pesticides

Un taux de conformité global des eaux de distribution élevé

En 2014, 50 distributeurs publics d’eau étaient actifs sur le territoire wallon et géraient 686 zones de distribution d’eau (ZDE)[1], pour un total de 1 483 492 raccordements particuliers. Chaque distributeur est tenu d’établir et de réaliser un programme annuel de contrôle de l’eau.

En 2014, le taux de conformité[2] (Tcor) global des analyses était de 98,9 %. Les pesticides représentaient 0,1 % des non-conformités, loin derrière l’acidité trop élevée (30,2 %), la présence de bactéries indicatrices de pollution fécale (29,5 %) et l’excès de métaux (23,0 %).

En Wallonie, un suivi obligatoire de 20 pesticides

La directive 98/83/CE q fixe des normes pour les pesticides : la concentration maximale à ne pas dépasser est de 0,1 µg/l pour chaque pesticide particulier[3] et 0,5 µg/l pour la somme de tous les pesticides particuliers. Seuls les pesticides dont la présence dans une ZDE donnée est probable doivent cependant être contrôlés. En Wallonie, le ministre de l’environnement a imposé[4] une liste minimale de 20 pesticides[5] à contrôler, sélectionnés sur base des substances les plus couramment détectées dans les eaux brutes souterraines[6].

En 2014, 2 159 contrôles de conformité ont été réalisés, soit quasi le double de ce qui était imposé par la réglementation. Un seul échantillon s’est révélé non conforme, ce qui équivaut à un Tcor vis-à-vis des pesticides de 99,97 %[7]. Les teneurs moyennes en pesticides en 2014 par ZDE montrent en outre que dans 92,6 % de celles-ci, aucun pesticide n’a significativement été détecté (concentrations inférieures ou égales à 50 ng/l). Si les pesticides constituent une problématique sérieuse dans les eaux souterraines q, elle est donc relativement bien maîtrisée au niveau de l’eau de distribution q.

Depuis 2005, le Tcor vis-à-vis des pesticides est relativement stable, et supérieur à 99,6 %. Les non-conformités concernent dans 92,5 % des cas un dépassement de la norme de 1 ou plusieurs pesticide(s) particulier(s), sans dépassement de la norme des pesticides totaux. Les pesticides qui dépassent le plus fréquemment la norme de 0,1 µg/l, sont la déséthylatrazine (71,7 % des dépassements), l’atrazine (5,1 %) et le 2,6-dichlorobenzamide (BAM) (5,1 %)[8]. L’atrazine, herbicide appliqué en culture de maïs et interdit depuis 2005[9], et son principal métabolite, la déséthylatrazine, n’ont cependant plus été détectés depuis 2007 et 2011, respectivement.

 


[1] Zone géographique dans laquelle les eaux destinées à la consommation humaine proviennent d’une ou plusieurs sources et à l’intérieur de laquelle la qualité est considérée comme uniforme.

[2] Nombre d’analyses conformes/nombre de contrôles réalisés durant une année

[3] Certains organochlorés font l’objet de normes plus sévères (concentrations inférieures ou égales à 0,03 µg/l).

[4] Circulaire ministérielle DE/2004/1 du 21 octobre 2004 destinée aux fournisseurs d’eau exploitant un réseau public de distribution d’eau par canalisations

[5] Substances actives et/ou métabolites

[6] À l’exception des organochlorés, dont le suivi est obligatoire, vu leur haute toxicité

[7] Le Tcor tient compte de la conformité vis-à-vis de la norme des pesticides particuliers pour les 20 pesticides de la circulaire DE/2004/1[4] et de la norme des pesticides totaux.

[8] La norme retenue pour le BAM est de 0,2 µg/l.

[9] Utilisation autorisée jusque 2006

En savoir plus

* Taux de conformité = (nombre de contrôles conformes/degré de surveillance)/nombre de contrôles obligatoires


REEW – Source : SPW - DGO3 - DEE