Gestion des déchets ménagers et assimilés

Dernière mise à jour  :  12 janvier 2018

Pour gérer ses déchets ménagers, la Wallonie a mis en place différents instruments réglementaires (législatifs, financiers, informationnels…) visant à réduire la production de déchets et à favoriser les modes de traitement présentant les meilleurs rapports coûts/bénéfices environnementaux (recyclage et valorisation énergétique notamment).

Des destinations parfois imprécises

Les informations disponibles dans les bases de données du Service public de Wallonie (DGO3-DSD) ne permettent pas toujours d’évaluer correctement les performances réelles des différents modes de gestion. En effet, celles-ci peuvent être sous-estimées (cas où la destination de certains déchets sortants des centres de regroupement ou de tri n’est pas connue), surestimées (cas où les rebuts de tri ou autres fractions redirigés vers des centres d’élimination sont inclus dans les statistiques de valorisation). En conséquence, les pourcentages de déchets ménagers et assimilés[1] valorisés ou éliminés présentés dans cet indicateur doivent être considérés comme des ordres de grandeur plutôt que comme des valeurs précises.

Progression de la valorisation

Selon les informations disponibles, 52,3 % (996 kt) des déchets ménagers et assimilés collectés en Wallonie en 2015 étaient dirigés pour recyclage vers des centres de valorisation matières et de valorisation organique (compostage ou biométhanisation) et 44,2 % (843 kt) vers des unités de valorisation énergétique. Les proportions de déchets incinérés et conduits en centre d’enfouissement technique (CET) ne représentaient respectivement plus que 1,9 % (36,0 kt) et 1,6 % (30,4 kt) du gisement total collecté en 2015. La part des déchets acheminés vers des centres de valorisation a augmenté de 23 % entre 2008 et 2015. La valorisation énergétique est le mode de valorisation qui a connu la plus forte progression sur la période (+ 59 %). À l’inverse, la part des déchets ménagers et assimilés envoyés dans des centres d’élimination a fortement baissé, avec - 60 % pour l’incinération et - 81 % pour la mise en CET. Les objectifs fixés dans le Plan wallon des déchets horizon 2010 (PWD 2010) q semblent donc globalement atteints.

La mise en CET : les flux encore concernés

En 2015, les encombrants constituaient ¾ des déchets ménagers et assimilés mis en CET en Wallonie, alors que ce flux de déchets n’est plus automatiquement autorisé dans les CET depuis 2010. Dans la pratique, la mise en CET est permise pour certains sous-flux en contrepartie du paiement d’une taxe. Il s’agit en général d’encombrants non valorisables et non incinérables (laine de roche, plaque de plâtre, déchet composite contenant du verre...).

Mesures phares à venir

La Directive-cadre sur les déchets 2008/98/CE q est en cours de révision. Dans ce contexte, l’objectif européen de recyclage des déchets municipaux[2]  devrait être revu à la hausse (probablement 70 % d’ici 2030). La Wallonie ambitionne d’atteindre cet objectif. Pour ce faire, elle prévoit de mettre en œuvre de nouvelles mesures dans le cadre de son prochain Plan wallon des déchets-ressources[3] :

  • optimalisation des collectes existantes et développement de nouvelles collectes q ;
  • gel des capacités des quatre incinérateurs wallons et réévaluation de la situation en 2020 ;
  • développement de nouvelles filières de recyclage (recyclage des matelas p. ex.).

 


[1] Les “assimilés” correspondent aux déchets assimilés aux déchets ménagers en raison de leur nature ou de leur composition et qui sont collectés en même temps que les déchets ménagers par les communes ou intercommunales : déchets des administrations, des écoles… q

[2] Déchets ménagers et assimilés hors déchets de construction et de démolition et hors boues de stations d’épuration collectives

[3] PWD-R : prise d’acte du Gouvernement wallon du 16/06/2016 q

 

Modes de gestion des déchets ménagers et assimilés en Wallonie

* Scénario volontariste

 

REEW - Source : SPW - DGO3 - DSD 

Centres d'enfouissement technique (CET) et incinérateurs de déchets ménagers et assimilés

105d2a8b-ed76-4b8f-bfa5-8a76fc153724

REEW - Source : SPW - DGO3 - DSD

Flux de déchets ménagers et assimilés mis en centre d’enfouissement téchnique en Wallonie (2015)

* Il s’agit en général d’encombrants non valorisables et non incinérables (laine de roche, plaque de plâtre, déchet composite contenant du verre...)

** 1,6 % du gisement traité en 2015

 

REEW – Source : SPW - DGO3 - DSD 

075c013d-4ef7-4fd1-be26-c8ed42c4bcd6

Évaluation

Favorable
  • Référentiel : Plan wallon des déchets horizon 2010 (PWD 2010) q
  • Les objectifs fixés dans le plan pour l’élimination et la valorisation énergétique semblaient atteints en 2015. En ce qui concerne le recyclage, l’écart par rapport à l’objectif semblait minime. Il est cependant important de noter que les performances des différents modes de gestion peuvent être sous-estimées (cas où la destination de certains déchets sortants des centres de regroupement ou de tri n’est pas connue), surestimées (cas où les rebuts de tri ou autres fractions redirigés vers des centres d’élimination sont inclus dans les statistiques de valorisation). En conséquence, les pourcentages de déchets valorisés ou éliminés doivent être considérés comme des ordres de grandeur
En amélioration

Entre 2008 et 2015, la part des déchets acheminés vers des centres de valorisation a augmenté de 23 %. À l’inverse, la part des déchets ménagers et assimilés envoyés dans des centres d’élimination a fortement baissé (- 74 %).