Découvrez nos indicateurs environnementaux

Température

Dernière mise à jour  :  16 janvier 2018

En raison de la proximité de la mer et des courants dominants d’ouest, la Wallonie se caractérise par un climat “tempéré”, c’est-à-dire des étés relativement frais et des hivers généralement doux. Certaines situations  météorologiques peuvent mener à des vagues de froid ou de chaleur.

L’altitude : un facteur déterminant

Au cours de la période 1996 - 2015, la température moyenne annuelle s’élevait à 9,7 °C en Wallonie. Elle variait de 7,5 °C sur le haut plateau des Fagnes (Baraque Michel, Signal de Botrange) en Haute Ardenne et sur certains sommets de l’Ardenne à un peu plus de 11 °C dans l’ouest du Hainaut. La variation de température observée sur le territoire wallon était donc de 3 à 4 °C. La température est principalement déterminée par l’altitude : elle diminue en moyenne de 0,6 °C par 100 m d’altitude.

Une variabilité saisonnière et mensuelle contrastée

Au cours des 20 dernières années, juillet était le mois le plus chaud en Wallonie avec une température moyenne de 17,6 °C, tandis que le mois de janvier était le plus froid avec une température moyenne de 2,2 °C. En outre, les températures journalières moyennes variaient le plus au cours du mois de janvier (écart moyen de 13 °C entre la température la plus élevée et la température la plus basse dans le mois) et le moins au cours du mois de septembre (écart moyen de 8,5 °C). Les moyennes mensuelles calculées sur la période 1996 - 2015 atteignaient systématiquement leurs valeurs les plus faibles sur le haut plateau des Fagnes (entre - 2,5 °C et - 2 °C sous la moyenne wallonne) et leurs valeurs les plus élevées dans l’ouest du Hainaut (entre + 1,2 °C et + 1,4 °C au-dessus de la moyenne wallonne).

Une variabilité interannuelle importante

Entre 1996 et 2015, la température annuelle moyenne sur la Wallonie a varié de 8,4 °C en 1996 à 11,2 °C en 2014. La variabilité interannuelle de la température mensuelle moyenne était quant à elle plus importante, particulièrement pour les mois de novembre à février, où des écarts de - 7,5 °C à + 5,5 °C par rapport à la moyenne mensuelle ont été observés. Pour le reste de l’année, ces écarts à la température mensuelle moyenne variaient généralement entre - 4 °C et + 4 °C.

Les températures extrêmes : - 30 °C et + 39 °C

En Ardenne, les températures les plus basses ont été relevées dans les vallées, avec un record à - 30,1 °C à Rochefort en janvier 1940. Par fortes gelées, en Haute Ardenne, les températures minimales sur les hauts plateaux peuvent être supérieures à celles enregistrées dans les vallées. Au nord du sillon Sambre-et-Meuse[1] (altitude entre 100 et 200 m), les températures descendent rarement jusqu’à - 20 °C. La température la plus élevée fut quant à elle observée à Liège en juillet 2015 avec 38,8 °C. Des valeurs dépassant 38 °C peuvent également s’observer au nord du sillon Sambre-et-Meuse[1], ainsi que dans les vallées de l’Ardenne et dans l’extrême sud du pays[2]. Les maxima absolus sont plus faibles sur la crête de l’Ardenne.

 


[1] Zones bioclimatiques des Plaines et Vallées Scaldisiennes et du Hesbino-brabançon 

[2] Zones bioclimatiques de la Haute et de la Basse Lorraine

 

Température

4f63deb7-7e51-4947-a94f-25b31d72e4bc

 

REEW - Source : IRM

Zones bioclimatiques

4503ed31-e43d-432c-9f7f-6f32d00c2cba

 

REEW − Source : SPW - DGO3 - DEMNA et DNF (ACRVF)

Pas d'évaluation

Pas d'évaluation

Cet indicateur ne fait pas l'objet d'une évaluation car il s’agit soit d’un indicateur de contexte, soit d’un indicateur à portée limitée dans le temps (études ponctuelles) ou dans l’espace (échelle sub-régionale).