Systèmes de management environnemental et certification des organismes

Dernière mise à jour  :  09 janvier 2018

La réduction des impacts environnementaux liés à l’activité économique peut être favorisée par la mise en place d’approches structurées au sein des organismes, comme par exemple les systèmes de management environnemental (SME) qui peuvent aboutir à une certification ou à la participation à un système de label environnemental.

Objectifs poursuivis

La mise en œuvre d’un SME a pour objectif l’amélioration continue des performances environnementales d’un organisme (tous secteurs économiques confondus). Il permet une optimisation des processus de production (efficacité énergétique et/ou de l’utilisation des matières, diminution des volumes de déchets…) qui peut notamment amener à une baisse des coûts liés à la réparation des dommages environnementaux. En outre, il contribue à améliorer l’image de marque et le positionnement de l’organisme vis-à-vis des consommateurs et des riverains notamment.

197 organismes ISO 14001 et/ou EMAS[1]

Les engagements pris en termes de gestion environnementale peuvent être formalisés par l’obtention d’une reconnaissance officielle ou d’une certification. En Wallonie, la certification ISO 14001 et/ou l’enregistrement EMAS concernaient 197 organismes en 2016, un chiffre qui a presque doublé entre 2003 et 2013 mais qui connaît une évolution plus irrégulière depuis. Comparé à la norme ISO 14001 (référentiel international), le règlement EMAS (référentiel européen) est plus exigeant, notamment car il garantit la conformité à la législation environnementale dès le premier enregistrement. Le nombre plus faible d’enregistrements EMAS (28) par rapport aux certifications ISO 14001 (180) s’explique en grande partie par ces contraintes supplémentaires mais également par le fait que le règlement EMAS est moins connu au niveau international. Selon une étude récente(a), en 2014, la part d’organismes certifiés ISO 14001 était estimée à 0,7 % des entreprises en Wallonie. De manière générale, ce sont avant tout les organismes de tailles moyenne (50 à 199 personnes) et grande (> 200 personnes) ainsi que le secteur industriel qui s’engagent dans la certification de leur SME.

Mise en place de SME sans certification

Les principes d’un SME peuvent éventuellement être mis en œuvre sans qu’il y ait certification. Des outils développés en Wallonie favorisent ce type de démarche, comme les diagnostics environnementaux réalisés par la Cellule environnement de l’Union wallonne des entreprises[2]. Celle-ci effectue une cinquantaine de diagnostics par an (plus de 1 300 depuis 1994). Par ailleurs, plusieurs labels sectoriels (hôtellerie, événementiel, tourisme…) qui incluent des préoccupations environnementales existent, avec des niveaux d’exigences et de contraintes spécifiques.

 


[1]  Données non exhaustives, fournies au Mouvement wallon pour la qualité (www.mwq.be) par la majorité des organismes certificateurs agréés BELAC

[2] www.environnement-entreprise.be

Nombre d’organismes certifiés ISO 14001 et/ou enregistrés EMAS en Wallonie*

* 11 organismes sont à la fois enregistrés EMAS et certifiés ISO 14001. 


REEW – Source : MWQ

Répartition des organismes certifiés ISO 14001 par taille en Wallonie (situation en mai 2015)

REEW – Source : MWQ

Répartition des organismes certifiés ISO 14001 par domaine d’activité en Wallonie (situation en mai 2015)

REEW – Source : MWQ

d5a966a2-364d-457b-b92d-6d08de8be8c9

Évaluation

Évaluation non réalisable

Pas de référentiel

En amélioration

Le nombre d’organismes certifiés ISO 14001 et/ou enregistrés EMAS a presque doublé entre 2003 et 2013. Il connait cependant une évolution plus irrégulière depuis lors.